YMHA


Le YMHA, avenue du Mont-Royal Ouest, abritait un gymnase, une piscine, un auditorium et plusieurs salles de réunion (8 avril 1936). Archives de la Ville de Montréal VM094-Y-1-17-D0127

Les Young Men’s (et Young Women’s) Hebrew Associations (YMHA) sont créés pour offrir une solution de rechange aux YMCA, perçus comme réservés aux anglo-protestants. Le premier YMHA ouvre ses portes à New York en 1874 ; celui de Montréal est fondé en 1910. Il loge d’abord à l’Institut Baron de Hirsch, le principal organisme de bienfaisance de la communauté juive montréalaise de l’époque. Une association équivalente pour les femmes, nommée à l’origine « Friendly League of Jewish Women », voit le jour la même année; les deux organismes fusionneront en 1950 à l’occasion de leur déménagement dans le quartier Snowdon.

La croissance du YMHA montréalais est si rapide qu’il devient le deuxième en importance en Amérique du Nord, après celui de New York. Les locaux qu’il loue à différentes adresses de la rue Saint-Urbain se révèlent rapidement inadéquats. En 1926, le don d’un des principaux mécènes de la communauté juive du début du XXe siècle, Mortimer B. Davis, permet au Y d’entreprendre la construction de son propre édifice. Magnat du tabac – il a fondé Imperial Tobacco –, Davis estime qu’un immeuble moderne est indispensable pour intégrer les enfants des milliers d’immigrants juifs à la société canadienne.

Le nouvel édifice, conçu par la firme architecturale célèbre de Ross et Macdonald, est inauguré le 23 juin 1929. Situé en face du parc Jeanne-Mance, il abrite un gymnase, une piscine, un auditorium et plusieurs salles de réunion. En 1940, le YMHA compte plus de 4 300 membres. C’est beaucoup plus qu’un centre sportif, car l’immeuble sert également à de nombreuses activités communautaires et culturelles : soirées musicales et théâtrales, cinéma, danses et cours du soir. Alexander Bercovitch, notamment, y enseigne la peinture.

Avec la migration de la communauté juive vers les banlieues dans l’après-guerre, un nouveau centre est ouvert avenue Westbury, dans le quartier Snowdon, en 1950. Le YMHA maintiendra tout de même des activités sur l’avenue du Mont-Royal jusqu’en 1962. Puis l’édifice est vendu à l’Université de Montréal, laquelle s’en départit à son tour en 2002. Il abrite aujourd’hui des appartements en copropriété (condominiums).


Recherche et rédaction : Yves Desjardins

Dictionnaire historique du Plateau Mont-RoyalExtrait du Dictionnaire historique du Plateau Mont-Royal (Écosociété, 2017) avec l’aimable autorisation de l’éditeur

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *