Franciscaines missionnaires de Marie


L’édifice construit en 1938 pour les Franciscaines missionnaires de Marie, 80 avenue Laurier Est [photo Justin Bur, 2016]

Présentes au Canada depuis l’implantation de leur communauté religieuse à Québec en 1892, les Franciscaines missionnaires de Marie établissent à Montréal une garderie et un foyer pour jeunes travailleuses en 1919. Les familles ouvrières sont la principale clientèle visée, comme en témoigne un article publié par La Canadienne en mars 1921 : « Les garderies ont été créées pour assurer aux tout petits enfants, pendant que le papa et la maman peinent au dehors, à l’usine ou ailleurs, des gardiennes expérimentées, vigilantes et dévouées, capables de remplacer le père ou la mère, dans la formation morale et les soins matériels nécessaires au jeune âge. »

Rapidement à l’étroit dans leurs locaux de la rue Saint-André, dans l’actuel quartier Centre-Sud, elles déménagent en juin 1921 à côté de l’église Saint-Enfant-Jésus dans l’ancien édifice de l’Institution des sourds-muets, au 5045 rue Saint-Dominique, où ces œuvres deviennent la garderie Saint-Enfant-Jésus et le foyer Sainte-Claire. D’autres services s’ajoutent, dont un patronage pour jeunes filles offrant des activités de loisir en après-midi (jusqu’en 1942) et des retraites fermées (jusqu’en 1962). Devant la popularité des retraites et du foyer, les Franciscaines font construire un nouvel immeuble adjacent, 80 avenue Laurier Est, en 1937-1938, selon les plans de l’architecte Charles David. Elles ont aussi exploité un camp de vacances estival en Lanaudière (1960-2002). Si la nature des œuvres des sœurs a changé avec le temps, surtout après Vatican II, elles sont longtemps demeurées présentes dans le noyau institutionnel autour de l’église Saint-Enfant-Jésus.

En 1962, les religieuses font démolir l’ancien édifice en pierre grise de l’Institution des sourds-muets. Elles le remplacent par une nouvelle chapelle adjacente à leur édifice de l’avenue Laurier et un pavillon moderne en brique rouge, ouvert en 1966, au 5055 rue Saint-Dominique. Ce pavillon héberge le centre d’accueil Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours pour enfants en transition, mis sur pied à la demande du ministère du Bien-être social du Québec. Les sœurs cèdent la gestion du centre à une société laïque en 1971. Il ferme en 1979, dans la foulée de l’application de la nouvelle Loi sur la protection de la jeunesse. À la fin des année 2010, cet édifice était occupé en partie par les Petites Franciscaines de Marie et par les Spiritains, une communauté religieuse masculine.

En 2022, les Franciscaines ont déménagé au Carrefour Providence, à Cartierville. La vocation future de l’édifice de l’avenue Laurier est inconnue.

Le nouvel édifice de 1966 [photo Justin Bur 2016]


Recherche et rédaction : Justin Bur et Yves Desjardins

Dictionnaire historique du Plateau Mont-RoyalExtrait (actualisé) du Dictionnaire historique du Plateau Mont-Royal (Écosociété, 2017) avec l’aimable autorisation de l’éditeur

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *